Connexion à l'espace client
  • L'actualité.

1
/
3
/

Dernières Actualités

Performances des push notifications

27 janvier 2017
Voici la première étude sur les performances des push notifications Web en termes d’opt-in et de réengagement utilisateur sur Chrome, Android et Firefox. Elle analyse les données de 50 millions de push notification envoyées a 10 millions d’utilisateurs !! Depuis juin 2009, Apple lance Apple Push Notification Service (APN), le premier service push puis en Mai 2010: Google a lancé son propre service, Google Cloud vers Device Messaging (C2DM).en Mai 2013, Google introduit des « notifications riches ». Les notifications sont plus riches et peuvent contenir des images, ainsi que des boutons d’action. Les boutons d’action permettent aux utilisateurs de prendre des mesures immédiates à partir d’une notification. Par exemple, l’utilisateur peut lire une chanson, ouvrir l’application ou afficher plus d’informations. en Septembre 2014, Apple a ajouté des boutons interactifs. Ces boutons permettent aux utilisateurs d’envoyer immédiatement une réponse à l’éditeur de l’application. Peu après, Apple a étendu les notifications push à l’Apple Watch. Avoir de l’Optin Les éditeurs d’applications devraient traiter la possibilité de communiquer avec les utilisateurs via les notifications push comme un privilège, et non un droit avec l’objectif de fournir de la valeur. Comme pour les campagnes SMS, Les stratégies et tactiques de messagerie doivent être mesurées et testées. Wonderpush vous permet à travers un dashboard de nombreuses possibilités. Les applications iOS exigent qu’un utilisateur autorise une application à leur envoyer des notifications push, alors qu’Android et Fire OS ne le font pas. Convaincre les utilisateurs à être opt-in est important pour le succès des applications sur iOS. La plupart des applications iOS affichent une alerte iOS standard lorsque l’application est ouverte pour la première fois. Une meilleure approche est de montrer la valeur de l’opt-in, par exemple, avec une série de bienvenue personnalisée sur la première ouverture, puis laisser l’utilisateur opt-in revenir plus tard. Des applications performantes dans tous les segments verticaux de l’industrie ont des taux d’opt-in supérieurs à 50%. Voyage, affaires et app de charité opt-in taux conduisent verticales avec des taux supérieurs à 70%, 33% pour les jeux… [Source : Servicesmobiles]

Les tendances du marketing digital en 2017

13 janvier 2017
2017 promet une quantité impressionnante de croissance et de maturité dans l’industrie du marketing digital. Nous observons plus de data, plus de pression sur le ROI, plus de media allant vers le programmatique, plus de complexité dans le parcours client, la nécessité de plus de technologies en temps réel avec le marketing prédictif, et bien plus encore. C’est une époque passionnante. Etes-vous prêts ? Un boom du Cross-device et l’adoption du programmatique par tous les canaux media. Cette accélération a débuté en 2016 ; limitée à des tests au début, ces pratiques seront communes en 2017. La fonctionnalité Cross-device améliore à la fois le lift et offre plus d’attribution précise, en ciblant et en engageant les utilisateurs via leurs différents devices. Ces avantages suggèrent une plus large courbe d’adoption et la fonctionnalité Cross-device marketing sur le display, la vidéo, le social, le mail et bien plus encore. La programmatique prendra encore mieux en compte la totalité du parcours client. Les campagnes de marque évoluent déjà vers plus de dépenses en programmatique, menées en partie par une volonté plus large de maîtriser les dépenses marketing, avec le meilleur ciblage, des analytiques, un capping maîtrisé. La transition a été un peu plus longue en 2016 que prévue fin 2015 par les analystes, en partie, selon nous, parce que la plus grosse évolution se fera via les solutions marketing « full funnel », dont la marque et la performance sont les composants clés, plutôt que des dépenses programmatiques en silo pour la marque. Les professionnels du marketing connaissent une pression croissante pour prouver leurs résultats et par conséquent cherchent à générer des campagnes extrêmement pertinentes, créatives, responsives et prouvant le ROI. Avec la croissance continue de la vidéo et des formats rich media créatifs à fort impact via les canaux programmatiques, nous observons plus de formats immersifs et créatifs émerger qui, peu à peu s’appuient aussi sur les enseignements de la Big Data. Avec des liens évidents entre la marque et la performance, plus de marketers commenceront à utiliser des données issues à la fois des campagnes de marque et de performance pour plus de pertinence entre la stratégie média et créative. Le marketing digital s’éloignera de l’attribution au dernier contact. Ceci est un corollaire aux 2 premières prédictions. Comme nous développons le marketing Cross-device dans d’autres canaux et comme nous intégrons la dépense en programmatique sur le parcours client, les marketers commenceront à adopter plus rapidement les méthodes d’attribution plus évoluées, au-delà du seul post clic mais aussi post view pour s’intéresser au Cross-Device sur tout le parcours client. Le dernier contact post clic a plus de sens lorsqu’il est en silo, comme cela ne s’adresse pas à la complexité des interactions entre la marque et le client qui pourrait occasionner une éventuelle évolution de la notoriété vers la conversion, et non de la complexité des interactions entre devices. Ces modèles auront éventuellement un impact sur notre façon de mesurer le ROI et de planifier les campagnes. Une meilleure connaissance des profils

Comment faire du mobile un levier marketing pour les retailers ?

13 janvier 2017
Experian, leader mondial du data-driven marketing publie un nouveau livre blanc, consacré à la stratégie de mobile marketing des acteurs du secteur retail. Celui-ci fait un état des lieux des usages du mobile sur le marché, à travers de chiffres et d’exemples d’utilisations.Une récente enquête sur les usages marketing en Europe a confirmé la tendance observée sur les dernières années. D’une part, les organisations interrogées recourent de plus en plus aux leviers mobiles pour interagir avec les consommateurs : 42,9% utilisent un site mobile ou une application mobile; 31,3% utilisent le SMS/MMS; 22,8% utilisent la notification push sur mobile; 27,7% utilisent une application mobile pour vendre leurs produits/services. D’autre part, les leviers mobiles bénéficient des meilleures notes lorsqu’on interroge les répondants sur l’efficacité qu’ils perçoivent en fonction des différents canaux utilisés pour interagir avec les consommateurs. Tous les leviers mobiles sont en tête du classement, avec des notes supérieures à la moyenne observée. Il est donc impensable pour les retailers de ne pas intégrer le mobile à leur stratégie cross-canal. 92% du chiffre d’affaire du secteur retail se fait en points de vente, et 70% des visites en ligne se convertissent en visites en magasin. Or les recherches sur Internet effectuées depuis un mobile ont dépassé en 2015 les recherches effectuées depuis un PC. On peut alors imaginer l’impact mobile-to-store que cela représente. [Source : Servicesmobiles]

Meilleurs vœux 2017

3 janvier 2017
Toute l’équipe Click2Cell est heureuse de vous souhaiter une très belle année 2017 !   Que celle-ci soit synonyme de réussite personnelle et professionnelles dans tous vos projets !  

Les perspectives du marketing digital en 2017

4 décembre 2016
2017 promet une quantité impressionnante de croissance et de maturité dans l’industrie du marketing digital. Nous observons plus de data, plus de pression sur le ROI, plus de media allant vers le programmatique, plus de complexité dans le parcours client, la nécessité de plus de technologies en temps réel avec le marketing prédictif, et bien plus encore. Un boom du Cross-device et l’adoption du programmatique par tous les canaux media. Cette accélération a débuté en 2016; limitée à des tests au début ces pratiques seront communes en 2017. La fonctionnalité Cross-device améliore à la fois le lift et offre plus d’attribution précise, en ciblant et en engageant les utilisateurs via leurs différents devices. Ces avantages suggèrent une plus large courbe d’adoption et la fonctionnalité Cross-device marketing sur le display, la vidéo, le social, le mail et bien plus encore. La programmatique prendra encore mieux en compte la totalité du parcours client. Les campagnes de marque évoluent déjà vers plus de dépenses en programmatique, menées en partie par une volonté plus large de maîtriser les dépenses marketing, avec le meilleur ciblage, des analytiques, un capping maîtrisé. La transition a été un peu plus longue en 2016 que prévue fin 2015 par les analystes, en partie, selon nous, parce que la plus grosse évolution se fera via les solutions marketing « full funnel », dont la marque et la performance sont les composants clés, plutôt que des dépenses programmatiques en silo pour la marque. Les professionnels du marketing connaissent une pression croissante pour prouver leurs résultats et par conséquent cherchent à générer des campagnes extrêmement pertinentes, créatives, responsives et prouvant le ROI. Avec la croissance continue de la vidéo et des formats rich media créatifs à fort impact via les canaux programmatiques, nous observons plus de formats immersifs et créatifs émerger qui, peu à peu s’appuient aussi sur les enseignements de la Big Data. Avec des liens évidents entre la marque et la performance, plus de marketeurs commenceront à utiliser des données issues à la fois des campagnes de marque et de performance pour plus de pertinence entre la stratégie média et créative. Le marketing digital s’éloignera de l’attribution au dernier contact. Ceci est un corollaire aux deux premières prédictions. Comme nous développons le marketing Cross-device dans d’autres canaux et comme nous intégrons la dépense en programmatique sur le parcours client, les marketeurs commenceront à adopter plus rapidement les méthodes d’attribution plus évoluées, au-delà du seul post clic mais aussi post view pour s’intéresser au Cross-Device sur tout le parcours client. Le dernier contact post clic a plus de sens lorsqu’il est en silo, comme cela ne s’adresse pas à la complexité des interactions entre la marque et le client qui pourrait occasionner une éventuelle évolution de la notoriété vers la conversion, et non de la complexité des interactions entre devices. Ces modèles auront éventuellement un impact sur notre façon de mesurer le ROI et de planifier les campagnes. Une meilleure connaissance des profils uniques sera plus importante que jamais. Dès lors que

L’expérience utilisateur (UX), un véritable levier de différenciation

22 novembre 2016
  Si l’on conçoit aisément que l’UX, dans le contexte de création de sites web et d’applications mobiles, désigne l’expérience vécue par l’utilisateur lorsqu’il se sert d’une application, navigue sur un site, etc., la mise en œuvre des concepts peut paraître floue. Il est ainsi important d’avoir en tête que l’expérience utilisateur peut devenir un véritable levier de différenciation. [L’UX n’est donc pas une mode. Ce n’est pas non plus une recette miracle. C’est une véritable méthodologie qui permet de créer une expérience digitale de qualité au service de vos utilisateurs. Et ainsi de créer de la valeur. Il faut aussi avoir les bonnes compétences qui comprennent les utilisateurs du service !!] La démarche UX est un ensemble cohérent de pratiques et de postures. Elle est le liant du triptyque : stratégie – design – technologie. C’est un décentrage qui permet de se mettre à la place des utilisateurs et d’effectuer des choix basés sur des tests avec eux. L’utilisateur se retrouve ainsi au centre du processus de création. Voici 5 points pour amorcer votre transformation UX : 1/ Prenez le temps de comprendre et définir le problème à résoudre (l’objectif à atteindre). Cette étape est essentielle et trop souvent négligée. Tout le travail de conception et réalisation de votre service en ligne va se baser sur le problème identifié dès le départ. Cela vous permettra aussi de délimiter le périmètre du projet. Créez des cartes d’empathie pour explorer et définir les besoins, apprendre à vous décentrer, à vous mettre à la place d’un utilisateur. Couplé avec d’autres ateliers de découverte, cela vous permettra de définir clairement votre objectif. 2/ Allez à la rencontre de vos utilisateurs pour comprendre leurs besoins et identifier leurs attentes précises. S’il est important de les écouter (interviews, enquêtes, focus groups), il est également essentiel de les observer en situation, via des tests d’utilisabilité par exemple. En effet, les utilisateurs ne font pas toujours ce qu’ils disent qu’ils feraient. Réalisez des personas et parcours : archétypes de vos utilisateurs cibles, les personas serviront de référence tout au long du processus de conception. Le parcours sert à représenter la globalité de l’expérience d’un utilisateur et à identifier de possibles points de blocage ou de frustration, autant avant et pendant qu’après l’achat en ligne. À chaque étape, l’utilisateur doit être guidé et réassuré. 3/ Respectez les conventions (cohérence externe). Comme Jakob Nielsen le dit très bien, « les utilisateurs passent la plupart de leur temps sur d’autres sites que le vôtre ». Certaines habitudes fortement ancrées créent ainsi des attentes fortes, comme trouver son panier d’achat en haut à droite d’un site e-commerce par exemple. Le respect des conventions facilite la compréhension de votre site et ne vous empêche pas de créer une expérience personnalisée avec votre image de marque et votre ton de communication. Au moment de la conception, pensez à vous référer à des design patterns : ce sont des bonnes pratiques pour des situations récurrentes (menu, filtres, recherche, création de compte). Effectuez également des analyses comparatives

Le canal de communication le plus rentable : le mobile

17 novembre 2016
App Annie, la référence en matière d’analyse de votre stratégie d’application mobile fait des tournées (10) à travers le monde rassemblant des experts de l’industrie du mobile. Au fil du temps de nombreuses discussions ouvertes ont eu lieu avec des professionnels d’applications permettent de dialoguer sur leur approche et l’élaboration des stratégies d’affaires autours des apps. L’app économie transforme vos plans business et elle est au centre de l’acquisition de l’utilisateur, de la monétisation, de l’analyse concurrentielle et plus encore… Les leviers marketing les plus rentables ne sont pas forcément les plus utilisés. Si les organisations utilisent en moyenne autant de canaux qu’en 2014 (7), leur arbitrage diffère de façon notable. Sur les dix leviers marketing les plus utilisés par les professionnels du marketing pour communiquer avec leurs cibles, six sont des leviers digitaux. De façon générale, la digitalisation du marketing se poursuit donc. La baisse des budgets marketing affecte le recours des professionnels aux canaux offline traditionnels -certains accusent des baisses importantes en deux ans. C’est notamment le cas de la publicité print (-13,9 points vs 2014) ou des prospectus (-7 points). Les leviers de communication les plus utilisés par les organisations sont aussi ceux qu’ils estiment être les plus rentables (Site mobile/application mobile, Site Internet). Mais certains leviers utilisés par un nombre plus restreint d’organisations sont pourtant perçus comme plus efficaces que la moyenne. C’est notamment le cas pour les push notifications sur mobile. Les trois canaux de communication perçus comme étant les plus rentables sont le site Mobile/Application mobile (note d’efficacité attribuée : 6,9/10), le site Internet (6,8/10) et la télévision (6,5/10) selon une étude de Experian. [Source : Sericesmobiles]

Perspectives du m-commerce dans le monde

30 septembre 2016
L’IAB vient de publier un rapport complet sur le m-commerce qui explore les similitudes et les différences dans l’achat des consommateurs et des activités de paiement qui ont lieu sur les appareils mobiles à travers 19 pays. Il passe en revue 5 thèmes : le paysage global, les motivations et satisfaction du mobile commerce, comportement d’achat sur mobile, l’influence des annonces mobiles et des médias sociaux, l’usage du Mobile Wallet. 6 points à retenir sur le commerce mobile dans le monde 1) Le commerce mobile est un phénomène mondial et devient habituelle pour les acheteurs mobiles. 2) Le commerce mobile est principalement tiré par la commodité et la valeur. La satisfaction du consommateur sera le point de mire de toutes organisations 3) Les principales préoccupations concernant la sécurité, la vie privée, et l’expérience d’achat doivent être traitées afin de faciliter la croissance continue du commerce mobile. 4) Le commerce mobile fait partie d’une expérience d’achat multicanal. Du «showrooming» au «webrooming», les mobiles servent non seulement comme un canal direct d’achat, mais aussi d’aide à l’achat en ligne et hors ligne. 5) Les annonces mobiles et les médias sociaux jouent un rôle important dans le commerce mobile pour susciter l’intérêt de l’achat, la découverte des produits, et cultiver le bouche à oreille. 6) L’adoption du wallet mobile est actuellement modeste dans le mix global de paiement ; mais il présente un potentiel pour favoriser la croissance du commerce mobile. Quelques chiffres – En moyenne, 75% des utilisateurs de l’Internet mobile ont acheté un produit ou un service via leur Smartphone / tablette au cours des 6 derniers mois. – les acheteurs mobiles déclarent avoir pour près d’un tiers des achats mensuels achetés et payés avec leur appareil mobile. – Dans un mois, les achats mobiles et les paiements représentent 31% des achats totaux mensuels que ce soit l’achat direct par l’intermédiaire de leur appareil mobile ou en payant en magasin à l’aide de leur mobile. – La région APAC prend les devants des achats mobiles fréquents. – Bien qu’il y ait un contingent de base d’acheteurs mobiles matures – 57% ont effectué des achats mobiles sûrs plus d’un an, 43% ont récemment adopté le commerce mobile (fait leur 1er achat dans la dernière année) – L’Autriche, le Pérou et la Colombie offrent la plupart des nouveaux consommateurs du commerce mobile. [Source : Servicesmobiles]

Le Retail mobile & Commerce connecté

21 juillet 2016
Pour les Retailers au moins, les écrans les plus importants sont maintenant les plus petits, le retail mobile s’installe. Les smartphones représentaient 45,1 % du trafic web-shopping US dans le premier trimestre de cette année, devançant les ordinateurs à 45 %, selon une étude de Demandware, un fournisseur de logiciels d’e-commerce. Alors que la montée des smartphones permet une occasion d’atteindre des clients en tout temps et en tout lieu, les commerçants font face à des obstacles pour tirer le meilleur parti de leurs plates-formes mobiles. Ces obstacles comprennent les longs délais de paiement et des procédures de paiement qui empêchent les consommateurs de terminer leurs commandes. Demandware a constaté que 11 % des utilisateurs mobiles ont des problèmes de paiement, plus que le taux combiné de tous les autres appareils !! Les ventes de plus mobiles ont plus que doublé de 2013 à 2015, selon ComScore Les plus grands Retailers US (Target,Wal-Mart Stores,Kohl) font le développement de leur stratégie autour du shopping mobile avec des équipes en interne. Ils ont tous connu des augmentations massives de leurs activités mobiles en Juin 2015 par rapport à un an plus tôt, selon ComScore. Par exemple l’app Target’s Cartwheel, qui fournit aux acheteurs des promotions alors qu’ils sont dans les magasins, a vu une augmentation de 85% de son activité. Le principe est simple vous sélectionner vous-même vos offres sur l’app et ensuite en scannant votre code à barres à la caisse en magasin, vous avez la réduction ! Et si vous n’avez pas le temps de passer en revue l’app, vous scanner le code barre d’un article en magasin et l’app vous dira s’il y a une promotion sur l’article ou une gamme similaire ! L’Europe est le 3e marché e-commerce au niveau mondial derrière la Chine et les États-Unis- La Chine passe devant les États-Unis et prend le leadership mondial. En matière de e-commerce ramené à la population, le Royaume-Uni est le 1er marché au monde. En Asie, le mcommerce à une avance sur la plupart des autres pays, l’une des raisons, le smartphone est la base des familles pour se connecter ! L’usage est courant, dans un rapport de Visa en juin 2015 sur environ 50% des personnes interrogées en Indonésie, Malaisie, Singapour et la Thaïlande ont indiqué qu’ils ont fait des achats en utilisant les smartphones. On notera que les sociétés Internet chinoises investissent de plus en plus dans la conception de dispositif mobile, des plates-formes et de la distribution, car elles visent à développer leurs bases utilisateurs et à accroître l’engagement et  la fidélité des utilisateurs. En France aussi l’activité devient florissante, selon le barometre de la  fevad, les ventes sur terminaux mobiles continuent de progresser à un rythme important : elles atteignent 6,4 milliards d’€ en 2015. Chez les sites leaders les ventes sur mobiles et tablettes représentent près de 25 % du total des ventes. Dans ce baromètre Fevad/CSA janvier 2016 en % des acheteurs équipés en mobile voici quelques chiffres intéressant des usages – 44 % ont utiliser mon mobile pour